Le prix des vins sous l’Empire / Wine prices in Napoleon’s time

Sur la base de trois documents anciens, voici un aperçu des prix des vins en barrique (240 à 250 bouteilles), entre 1786 et 1810-4, sous l’Empire. Les listes de prix de 1786 et 1810 proviennent de négociants bourguignons (Masson Marmelat et Maire & fils, tous deux à Beaune) tandis que le tarif de 1814 émane de négociants dunkerquois Labenne & Allard et était joint à une lettre adressée à un client belge (à Gand).

Based on three ancient documents, here is an overview of the prices of wine barrels (240 to 250 bottles) between 1786 and 1810-4, in the French Empire. The price lists for 1786 and 1810 are from Burgundy wine merchants (Masson Marmelat and Maire & fils, both in Beaune) while the 1814 price list comes from Labenne & Allard, wine merchants in Dunkerque (NW France), and was attached to a letter addressed to a Belgian customer, in Ghent.

1786 Tarif Masson-Marmelat Beaune

Liste de prix Masson Marmelat, 1786 (Beaune) / Price list of Masson Marmelat, Beaune, 1786

Prix courant Maire & Fils 1810, 105x70

Liste de prix Maire & fils, 1810 (Beaune); le carton de visite de l’image à la une est de la même maison (vers 1800) / Price list of Maire & fils, Beaune, 1810; the business card in the featured image is also from Maire & fils, c. 1800

Fig_1c_OK

Liste de prix Labenne & Allard, 1814 (Dunkerque) / Price list of Labenne & Allard, Dunkerque, 1814

Il est difficile de comparer les prix des vins avant et après la Révolution. En revanche, les prix de 1810 et 1814 sont plus faciles à comparer entre eux (voir tableau). Le négociant Maire & fils présente une belle gamme de vins de Bourgogne tandis que Labenne et Allard à Dunkerque ne proposent que des vins de Bordeaux, et aucun cru très prestigieux.

It is difficult to compare the price of wines before and after the Revolution. On the other hand, the prices for 1810 and 1814 are more easily compared (see table, prices in Francs; 1804 and 1805 are poor vintage; 1807 and 1808 are good and 1810 is fair). The merchant Maire & fils offers a fine range of Burgundy wines while Labenne and Allard in Dunkerque have only Bordeaux wines, with no prestigious estates.
tableau_prix

La gamme de vins proposée par les négociants Labenne et Allard n’est pas d’une très grande variété et certains produits-phare – comme le champagne ou le bourgogne – n’y sont pas présents, ce qui semble confirmer que les producteurs champenois ou bourguignons n’expédiaient plus guère, à la fin de l’Empire, leurs produits à Dunkerque, devenu une sorte de cul-de-sac commercial soumis au strict blocus anglais.

The selection of wines offered by Labenne and Allard is not very wide and some of the finest French products – champagne or Bourgogne – are not present, which seems to confirm that towards the end of the Empire, the wine-makers of Champagne or Burgundy no longer sent their wines to Dunkerque which, due to strict maritime English blockade, was a kind of commercial “dead end” at the time.

P1050471

Les négociants bourguignons, de leur côté, proposent une gamme variée et – notamment au 18ème siècle – distinguent des vins de 1ère et 2ème qualité et, à l’intérieur de chaque qualité, deux catégories supplémentaires, les « vins courants » et les « têtes de cuvée ». Pour le millésime de 1784, le prix du Beaune varie ainsi fortement, de 110 (2ème qualité, vin courant) à 250 livres (1ère qualité, tête de cuvée). Chez Labenne et Allard, on a également des bordeaux et des Saint-Émilion « vieux », « moins vieux » (sic) et « supérieur ».

The Burgundy wine merchants, on the other hand, offer a wide range of wines and – notably in the 18thC – distinguish wines of 1st and 2nd quality. Within both qualities, there are two more categories, “ordinary” wines and “têtes de cuvée”. For the 1784 vintage, the price of a Beaune barrel varied greatly, from 110 (2nd quality, ordinary wine) to 250 pounds (1st quality, “tête de cuvée”). In Dunkerque, Labenne and Allard offer « old », « less old » (sic) and « superior » Bordeaux and Saint-Émilion wines.

Les prix de nos listes, sous l’Ancien Régime comme sous l’Empire, ne comprennent pas le prix des bouteilles elles-mêmes ; nous y reviendrons dans un prochain post … Les documents relatifs au négoce du bourgogne sont aimablement mis à ma disposition par Yves Boileau, que je remercie !

The prices in our lists, before the Revolution as in the Empire period, do not include the price of the bottles themselves. That will be for a forthcoming post … The documents relating to the trade of Burgundy are kindly provided by Yves Boileau, whom I thank!    

One comment on “Le prix des vins sous l’Empire / Wine prices in Napoleon’s time

  1. Très intéressant merci à Yves, l’année 1807 était sans aucun doute une très bonne année pour les vins Bourguignons. Il est à noté qu’une pièce de vin de Bourgogne correspondait à deux feuillettes ce qui faisait 240 bouteilles.
    Il est effectivement curieux et drôle cette appellation du vin de Saint Emilion « moins vieux »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s