Le bô fougerollais / The ‘bô’, an uncommon bottle from Eastern France

De passage à Fougerolles, j’ai acheté une bouteille de kirsch d’une forme assez particulière, fût large et col long et fin. L’étiquette précise qu’il s’agit d’un « bô », un type de bouteille spécifiquement destiné au kirsch. Et le texte précise : « Cette bouteille teintée est une réplique du Bô traditionnel fougerollais, soufflé à la bouche par les maîtres verriers de la forêt de Darney (Vosges), au 18ème siècle. La bouteille n’a plus son cul coupant mais a gardé son cou élancé etc. … »

Passing through Fougerolles (Eastern France), I bought a bottle of (very good, by the way!) kirsch – a local cherry spirit. It is a ‘mallet’-shaped bottle, with a long, thin, neck. The label states that this bottle is a “bô”, a typical bottle for the local kirsch. The text further states: “this coloured bottle is a replica of the traditional 18thC bô from Fougerolles, hand-blown in glasshouses in the Darney Forest (Vosges area). The bottle has no longer its pontil scar but has retained its long neck etc.”

P1050385

Sur les verreries de la forêt de Darney (Vosges), voir le livre de Paul Rodier (1909), à télécharger ici / On the Darney Forest (Vosges area) glasshouses, see Rodier, 1909; download here : Rodier_verreries_forets_Darney

Je sais peu de chose sur cette forme ; sur internet, on trouve une image et ceci : « Le “bô”, du nom ancien “boteille”, est une bouteille de couleur sombre soufflée à la bouche. On l’identifie à son fond coupant, aux nombreuses bulles et à ses formes irrégulières. Contenance d’environ 70 cl. Fabriqué aux environs de 1780, il est réservé à la conservation de l’eau de cerise et utilisé jusqu’au milieu du XXe siècle à Fougerolles. Les familles Fougerollaises qui en disposent de quelques exemplaires les conservent précieusement, car il devient rare d’en trouver. » A vérifier, comme tout ce qui se trouve sur wikipédia !

I have virtually no information on this shape; wikipedia shows a pic and further states: “the bô, deriving from the ancient word “boteille” (obviously “bottle” in old French), is a dark hand-blown bottle. It is characterized by its pontil scar, bubble-rich glass and irregular shape. Content is approximately 0.7 litre. Made from about 1780, it contains the local cherry spirit and was still in use in the mid-20thC in Fougerolles. The families owning old ones keep them, as they are nowadays rare”. To be confirmed, as all info’s on Wikipedia.

Bô_fougerollais

Le « cul coupant » est commun aux deux textes, qui apportent l’un le « cou élancé » et l’autre la « couleur sombre ». Les « formes irrégulières » de la notice wikipédia sont de peu d’utilité …

The pontil scar is common to both texts, the 1st bringing the « long neck » and the 2nd the « dark metal ». The “irregular shape” is unfortunately of little help …

J’accueillerais volontiers des informations supplémentaires sur ce type de bouteilles. Cette histoire m’a rappelé que j’avais acheté un jour une bouteille destinée au kirsch, selon le vendeur … elle a le cou élancé mais le verre est transparent. Bô, pas bô ?

I welcome infos on this bottle type. I once bought a bottle that, according to the seller, was actually a kirsch bottle. It has indeed a long neck but the glass is clear. Bô or not bô, that is the question!

P1050388

6 comments on “Le bô fougerollais / The ‘bô’, an uncommon bottle from Eastern France

  1. Je croyais que l’alcool blanc était uniquement mis dans des bouteilles en verre clair, ton article semble prouver le contraire, lu sur le net un article de l’Est Républicain qui signale que ces bouteilles sont actuellement fabriquées par un verrier Italien installé du côté de Milan.
    J’ai acheté récemment un petit livre de Raymond Kuster aux éditions de Folklore comtois « Les bouteilles de Frédéric l’Ancêtre » qui présente l’inventaire d’une cave dont il a hérité, contenant des bouteilles en majorité de la verrerie de La Vieille-Loye, pas vu dans les nombreux dessins qu’il a reproduit des bouteilles de Kirsch Bô. J’ai dans ma collection des bouteilles en verre teintée mais pour de la liqueur par pour l’alcool blanc, c’est la première fois que j’entend que l’on mettait ce type d’alcool dans des bouteilles foncées, exception les bonbonnes qui elles peuvent être teintées, et bien encore un sujet intéressant et toujours des énigmes à trouver, c’est tous l’intérêt de nos collections;

    • Je crois que tu as raison, Serge, en dépit des infos (pas forcément très fiables) que je relate dans le post, à mon avis le kirsch était plutôt embouteillé dans le verre blanc. Et je crois que tu as raison aussi pour les bonbonnes, j’en ai d’ailleurs vu de magnifiques chez un distillateur de kirsch, effectivement de verre sombre (brun ambré) … et je n’ai même pas pensé à faire des photos, zut! Mais ce qui m’a surpris, c’est de n’avoir jamais entendu parler de ce genre de bouteilles avant mon bref passage dans la région, en route pour l’Italie! Il reste des tas de choses à apprendre …

      • Concernant les bonbonnes j’en possède une très grande brune ambrée, je te ferai une photo à l’occasion, dans mon département jusqu’en dans les années 1970 il était de tradition d’apporter à l’alambic sa production de fruits surtout les prunes pour être distillées, je me souviens que j’accompagnait mon grand père le soir récupérer ce précieux liquide et nous apportions nos bonbonnes à remplir, l’alambic était installé sur le chemin de hallage de La Loire en face l’ancienne verrerie de Saint Léger des Vignes, et quand gamin je rentrais de l’école cela sentait bon. Mon grand père me racontait que les verriers aimait bien la goutte (comme on dit chez nous), il me racontait aussi que le soir de Noël les verriers faisait à la verrerie le brûlot des verriers, dans une casserole il mettait de la goutte du sucre et des quartiers d’orange, ensuite il craquait une allumette pour brûler une partie de l’alcool, mon grand père nous le faisait chaque réveillon de Noël, c’était très bon.

    • Bonsoir Thierry et Adam.
      Je ne ferai qu’un tout léger commenaire sur la bouteille en verre clair à fond profond et cônique.
      Je toujours entendu dire que ce type de flacon était réservé aux parfumeurs pour le stockage des extraits et produits distillés.
      Un tel fond permettait une meilleure diffusion du parfum ………….
      Je ne me base que sur les dires de collectionneurs rencontrés.
      On voit de temps en temps de telles bouteilles à vendre sur Ebay.
      Quant au mêmes bouteilles au verre sombre j’en possède quelques une de cette forme mais de couleur miel, très bullées et extrêmement légères. Elles proviennent d’alsace, contenaient du vin et ont été trouvées dans la cave d’un prestigieux restaurant parisien.
      Je ne ferai pas beaucoup avancer les choses, attendons d’autres commentaires.

      • Oui, c’est bien possible qu’il s’agisse de bouteilles à parfum, je n’ai pas non plus de certitude sur leur usage … pour les ambrées (miel) je vois à quoi elles ressemblent mais je suis toujours étonné qu’on les aie employées pour contenir du vin, tant elles sont légères et paraissent fragiles. En dehors des bouteilles classiques dont l’usage paraît évident, on reste assez vite dépourvus! Raison pour chercher encore 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s